9 différences ergonomiques entre le Fujifilm x-t2 et le Canon 5dM3 en photo de sport

Comme vous le savez peut-être déjà, j’ai récemment échangé mon reflex grand format pour un appareil hybride. Je shootais avec un Canon 5dMIII : j’étais très contente des images, mais je ressentais son poids, tout comme mon dos et mes bras… J’étais parfois tellement agrippée à mon appareil que j’avais encore mal à la main le lendemain. C’est pourquoi j’ai essayé le Fujifilm x-t2. Aujourd’hui, mon dos et mes bras sont heureux !J’aimerais partager cette transition avec vous.

Bien sûr, le poids n’est pas le seul critère de choix d’un appareil photo.  On attend de lui des photos qui nous conviennent, une ergonomie adaptée à notre manière de shooter, et une longévité certaine.

Dans ce post, je souhaite parler d’ergonomie : après 4 mois de shooting de sport (basket, hockey sur glace et escalade), quelles sont les différences d’utilisation entre le Fuji et le Canon, quels sont mes coups de coeur, quels sont mes pincements au coeur…

 

 

Bien sûr, je parle de mon expérience, et ne souhaite prêcher pour aucune marque en particulier dans ce post. On commence ?

 

Avantages du  Canon 5dM3

  1. Le 5dM3 permet de définir deux collimateurs en même temps. C’est une fonction que j’utilisais beaucoup en sport pour faire le point à gauche puis rapidement à droite. Avec le x-t2, je me suis adaptée avec une autre méthode que je décris dans ce post.
  2. Il propose des modes programmables  : un pour figer l’action par exemple, et un pour avoir une plus grande profondeur de champ. C’est pratique.
  3. Il n’y a pas d’interruption de visée après avoir pris une série de photos.

 

Avantages du Fuji x-t2

  1. Son poids. Je monte l’objectif 16-55 f2.8 x sur le x-t2. Même avec cet objectif qui n’est pas léger, mon appareil ainsi équipé est plus léger que l’équivalent avec le 5d.
  2. La prise de vue dans le viseur électronique. Cela me donne une vue rapide et générale de la scène et de l’exposition. Vive le WYSIWYG !
  3. L’histogramme dans le viseur électronique à la prise de vue. Je peux rapidement vérifier les noirs et les blancs. Ce sais ce qui va être brûlé (les néons du gymnase, c’est OK, mais je souhaite du détail dans les maillots blancs) et je peux prévoir si je pourrai récupérer des détails dans les ombres au développement.
  4. Voir les photos prises dans le viseur électronique. Je préfère voir les images dans le viseur plutôt que sur l’écran LCD : je garde la caméra prête à shooter. De plus, le viseur est plus adaptée à la presbytie que l’écran LCD.
  5. Pouvoir changer les paramètres de l’appareil dans viseur électronique. Je suis en train de shooter, et je dois changer un paramètre, par exemple passer d’autofocus « zone » à « point unique ». Mes paramètres s’affichent et se modifient via le viseur, je n’ai pas besoin de bouger. Cela gagne du temps.
  6. L’appareil est plus discret. J’aime beaucoup cela car j’aime quand les gens que je photographie oublient que je les photographie. De plus, ils pensent parfois que j’ai un drôle d’argentique, un appareil plutôt marrant…

Voilà, on arrive à la fin de ce post.

Si vous envisagez de migrer de l’un des appareils vers l’autre, j’espère que ce post vous donnera des idées d’investigation. Si vous avez comme moi fait le grand saut, partagez votre expérience dans les commentaires ! Merci !

A bientôt

Stay tuned !

Share your thoughts